L'histoire de l'asile-colis

Il était une fois

Il était une fois un Message publicitaire qui véhiculait une superbe offre très alléchante. Une réelle affaire, à ne pas laisser passer. Il décida de prendre le chemin le plus direct et le moins coûteux pour arriver jusqu’à son Destinataire… du moins c’est ce qu’il pensait de prime abord !

Il s’embarqua donc dans un e-mail. Hélas, à l’arrivée, la zone de débarquement lui refusa le passage : suivant les jours, seulement 8 à 10% des Messages franchissaient le sas d’entrée. Et puis les autres jours, la PAF du Net leur barrait tout simplement le passage, au motif que leur objet-faciès ou leur corps ne lui convenait pas!

Notre Message décida de faire appel à une agence de voyage méditerranéenne basée non loin des sables chauds, du nom de Call Center. Cette dernière lui promit un voyage low cost au moyen du bon vieux téléphone. Hélas, à l’autre bout du fil, il se vit refuser l’autorisation d’atterrir de la part de la tour de contrôle BLOCTEL, désormais aussi puissante que la Police Aux Frontières des Prospects !

Qu’à cela ne tienne, il décida de s’embarquer en first dans un beau mailing A5 en papier. Et les plus belles pistes d’atterrissage s’ouvrirent à lui, en même temps que s’ouvrait l’enveloppe, blanche comme un Airbus et marquée d’une belle accroche, qui l’avait véhiculé jusque-là. Ce voyage lui ayant donné toute satisfaction mais étant néanmoins un peu cher, il décida de ne l’utiliser qu’à bon escient: c’est-à-dire quand le destinataire en valait vraiment la peine.

C’est alors qu’il remarqua sur le tarmac un cargo chargé de colis qui allait, lui aussi, chez ces mêmes Destinataires de choix. Il obtint son billet à un tarif plus qu’intéressant… et se laissa glisser dans chacun de ces colis, côtoyant les articles les plus divers : chaussures, mode, déco, jeans, hi-tech, équipement de la maison, livres, café, vin, épicerie fine…

Au passage, il se dit que les expéditeurs des colis étaient drôlement malins : car ils se payaient ainsi une partie de leurs propres coûts de transport sans que le pilote du cargo ait le moindre mot à dire!

Notre Message voyagea donc confortablement dans ces milliers de colis qui lui donnèrent asile.

Il franchit les barrages de la PAF des prospects sans encombre et arriva comme par enchantement sur la table du salon de son Destinataire qui le prit en main en ouvrant son colis. Le Destinataire constata effectivement que notre Message était plus qu’intéressant, puisqu’il s’empressa d’y répondre en passant sa commande sur le net, en se réjouissant de recevoir bientôt un nouveau colis !

Sur la table, notre Message vit un autre Message que le Destinataire scannait avec son téléphone et sur l’écran, il vit s’animer une présentation de l’intégralité des produits de la marque présente sur le Message… car ce Message-là était d’un genre nouveau, un hybride mi-papier mi-web : l’Asile Colis Connecté.

Et notre Message, passager fou de joie Se rappela que bien longtemps avant lui, D’autres messagers futés la Ville de Troie Avaient ainsi très astucieusement conquis.